Bâti à la fin du XIIIème siècle à l’extrémité Est du massif forestier d’Orléans et à quelques kilomètres de la Loire, ce château fort à taille humaine, entièrement clôt de remparts, se distingue par son architecture militaire originelle. N’ayant été soumis qu’à très peu de remaniements en 700 ans, il conserve de nombreux éléments architecturaux de l’époque féodale. Situé en lisière du village et de la forêt, la silhouette du château se détache discrètement du paysage. Il faut alors s’approcher et en faire le tour pour appréhender réellement les proportions de cette forteresse, ceinte de douves sèches et profondes. En guise d’unique entrée : un porche, autrefois défensif avec un pont-levis, laisse deviner l’arsenal caractéristique de l’époque (assommoir, herse, doubles vantaux et meurtrières). Deux bancs en pierre, qui servaient auparavant aux quémandeurs pour patienter à l’entrée du château, permettent aujourd’hui d’apprécier le magnifique et rare voûtement successif de 4 arcs en pleins cintres et 3 arcs brisés. Au-dessus du porche se trouve le logis rectangulaire sur 2 niveaux. Un escalier à vis en pierre mène à une pièce de vie habitable (cuisine/salon) d’environ 40m2. Poutres et pierres apparentes, fenêtres à meneaux et coussièges donnent à la pièce tout son charme. Au 2nd étage, sous les toits, une chambre et une salle de bain. L’enceinte compte 6 tours, dont 4 de forme polygonale très rare, qui servaient à défendre les angles du château, en saillie des douves grâce aux meurtrières. L’ancien chemin de ronde, encore en partie accessible, permet de surplomber la cour et les douves. Sur la façade Est, on trouve un donjon semi-circulaire sur 2 niveaux. La cour intérieure, d’environ 1 000m2, ouvre de nombreuses perspectives. Empreinte du charme des vieilles pierres, elle offre un moment bucolique hors du temps, à l’ombre de son vieux pommier. Elle ravie aussi les curieux qui, en explorant, peuvent alors dénicher des latrines en encorbellements, des oubliettes ici et là, un souterrain et son escalier voûté abritant une source… En guise d’ultime quiétude, le château se trouve sur un terrain de 5 hectares de prairie sauvage et de forêt.

Référence du décor: C240601, situé à 75 kilomètres au sud est d’Orléans.

C240602
3 - Révolutions françaises, 1er empire, restauration, Architecture classique, Atmosphère luxueuse

La « folie » du comte d’Artois

C190201
4 - Révolution industrielle, 2ème empire, 3ème république, Atmosphère patiné

Chateau en friche du 19ème siècle en Ile de France

M230601
4 - Révolution industrielle, 2ème empire, 3ème république, Architecture classique, Atmosphère bourgeoise

Bastide provençale aux portes d’Avignon

M211101
1 - Féodalité, 3 - Révolutions françaises, 1er empire, restauration, Architecture classique, Atmosphère bourgeoise

Domaine familial au style provincial et élégant

C150301
4 - Révolution industrielle, 2ème empire, 3ème république, Atmosphère bourgeoise, Atmosphère luxueuse, Atmosphère patiné

Chateau second Empire en Ile de France

A210601
Architecture industrielle

Appartement troglodyte en Ile de France

C231101
4 - Révolution industrielle, 2ème empire, 3ème république, Architecture classique, Atmosphère luxueuse

Château du XXème siècle

Domaine Madrona
1 - Féodalité, Architecture classique, Atmosphère moderne

Refuge sur les contreforts des Pyrénées

M201009
2 - Renaissance, grand siècle et lumières, Atmosphère bohème, Atmosphère moderne

Belle demeure du XVIIIème siècle

l’Auberge Cavalière du Pont des Bannes
Atmosphère bohème

Auberge Cavalière et Sauvage, après le Sud